Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?

La douleur sciatique est causée par une irritation, une inflammation, un pincement ou une compression d’un nerf dans le bas du dos.

La cause la plus fréquente est une hernie discale ou un glissement de disque qui entraîne une pression sur la racine du nerf. La plupart des personnes atteintes de sciatique se rétablissent d’elles-mêmes grâce à des traitements et des soins personnels.

 

1. Qu’est-ce que la sciatique ?

La sciatique est une douleur nerveuse due à une blessure ou à une irritation du nerf sciatique, qui trouve son origine dans la zone fessière. Le nerf sciatique est le nerf le plus long et le plus épais (presque de la largeur d’un doigt) du corps.

Il est en fait constitué de cinq racines nerveuses : deux de la région lombaire appelée colonne lombaire et trois de la dernière partie de la colonne appelée sacrum.

Les cinq racines nerveuses se rejoignent pour former un nerf sciatique droit et gauche. De chaque côté de votre corps, ce nerf traverse vos hanches, vos fesses et descend le long d’une jambe, pour se terminer juste en dessous du genou.

Il se ramifie ensuite en d’autres nerfs, qui continuent le long de votre jambe, jusqu’à votre pied et vos orteils.

Une véritable lésion du nerf sciatique est en fait rare, il est couramment utilisé pour décrire toute douleur qui prend naissance dans le bas du dos et qui irradie le long de la jambe.

 

Cette douleur a pour point commun une lésion nerveuse, c’est-à-dire une irritation, une inflammation, un pincement ou une compression d’un nerf du bas du dos.

Si vous souffrez de « sciatique », vous ressentez une douleur légère à forte à n’importe quel endroit du trajet du nerf sciatique, c’est-à-dire du bas du dos, des hanches, des fesses et/ou des jambes.

Elle peut également entraîner une faiblesse musculaire dans la jambe, le pied, un engourdissement de la jambe et une sensation désagréable de picotements dans la jambe, le pied et les orteils.

 

2. Que ressent-on en cas de douleur sciatique ?

Les gens décrivent cette douleur de différentes façons, selon sa cause. Certaines personnes décrivent la douleur comme une douleur aiguë, lancinante ou par à-coups. D’autres décrivent cette douleur comme « brûlante », « électrique » ou « lancinante ».

La douleur peut être constante ou peut aller et venir. En outre, la douleur est généralement plus intense dans la jambe que dans le bas du dos.

Elle douleur peut être plus intense si vous restez assis ou debout pendant de longues périodes, si vous vous levez et si vous vous tordez le haut du corps. Un mouvement corporel forcé et soudain, comme une toux ou un éternuement, peut également aggraver la douleur.

 

I/ La sciatique peut-elle se manifester sur les deux jambes ?

Elle ne touche généralement qu’une seule jambe à la fois. Cependant, il est possible que la sciatique se manifeste dans les deux jambes. Il s’agit simplement de savoir où le nerf est pincé le long de la colonne vertébrale.

 

II/ La sciatique survient-elle soudainement ou met-elle du temps à se développer ?

La sciatique peut apparaître soudainement ou progressivement. Cela dépend de la cause. Une hernie discale peut provoquer des douleurs soudaines. L’arthrite dans la colonne vertébrale se développe lentement avec le temps.

 

III/ Quelle est la fréquence de la sciatique ?

C’est une affection très fréquente. Environ 40 % des personnes aux États-Unis en souffrent au cours de leur vie. Les douleurs dorsales sont la troisième raison la plus fréquente pour laquelle les gens consultent leur médecin.

collegues

 

3. Quels sont les facteurs de risque de la sciatique ?

Le risque est plus élevé si vous êtes

Vous avez une blessure/une blessure antérieure: Une blessure au bas du dos ou à la colonne vertébrale vous expose à un risque accru de sciatique.

Vous vivez la vie: Le vieillissement normal s’accompagne d’une usure naturelle du tissu osseux et des disques de la colonne vertébrale. Le vieillissement normal peut entraîner un risque de blessure ou de pincement des nerfs en raison des modifications et des déplacements des os, des disques et des ligaments.

Vous êtes en surpoids: Votre colonne vertébrale est comme une grue verticale. Vos muscles sont les contrepoids. Le poids que vous portez à l’avant de votre corps est celui que votre colonne vertébrale (la grue) doit soulever. Plus vous avez de poids, plus vos muscles dorsaux (contrepoids) doivent travailler. Cela peut entraîner des tensions et des douleurs dorsales, ainsi que d’autres problèmes de dos.

Manque de force: votre « noyau » est constitué par les muscles de votre dos et de votre abdomen. Plus votre noyau est fort, plus vous aurez de soutien pour le bas de votre dos. Contrairement à votre poitrine, où votre cage thoracique vous soutient, le bas de votre dos n’est soutenu que par vos muscles.

Ayez un travail actif et physique: Les emplois qui nécessitent de soulever des charges lourdes peuvent augmenter le risque de problèmes lombaires et d’utilisation du dos, ou les emplois avec une assise prolongée peuvent augmenter le risque de problèmes lombaires.

Ne pas avoir une posture correcte en salle de musculation: Même si vous êtes en bonne forme physique et actif, vous pouvez être sujet à la sciatique si vous ne suivez pas la forme corporelle appropriée pendant les exercices physiques ou d’autres exercices de musculation.

Avoir du diabète: Le diabète augmente les risques de lésions nerveuses, ce qui augmente les risques de sciatique.

Vous souffrez d’arthrose: L’ostéoarthrite peut endommager la colonne vertébrale et exposer les nerfs à un risque de blessure.

Mener un mode de vie inactif : Rester assis pendant une longue période sans faire d’exercice et en gardant vos muscles en mouvement, souples et toniques, peut augmenter votre risque de sciatique.

Fumer : La nicotine contenue dans le tabac peut endommage le tissu spinal, affaiblir les os et accélérer l’usure des disques vertébraux.

 

 

4. Sciatique pendant grossesse est-il la raison pour laquelle tant de femmes enceintes souffrent de sciatique ?


Il est vrai que cette la sciatique est fréquente pendant la grossesse, mais l’augmentation du poids n’est pas la principale raison pour laquelle les femmes enceintes souffrent de sciatique.

Une meilleure explication est que certaines hormones de grossesse provoquent un relâchement des ligaments. Les ligaments maintiennent les vertèbres ensemble, protègent les disques et maintiennent la colonne vertébrale stable.

Le relâchement des ligaments peut rendre la colonne instable et faire glisser les disques, ce qui entraîne un pincement des nerfs et le développement d’une sciatique. Le poids et la position du bébé peuvent également ajouter une pression sur le nerf.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des moyens de soulager la douleur sciatique pendant la grossesse, et que la douleur disparaît après la naissance. La physiothérapie et la massothérapie, les douches chaudes, la chaleur, les médicaments et d’autres mesures peuvent aider.

Si vous êtes enceinte, veillez à suivre de bonnes techniques de posture pendant la grossesse afin de soulager également vos douleurs.

 

5. Quelles sont les causes de la sciatique ?

La sciatique peut être causée par plusieurs conditions médicales différentes, notamment:

  • Une hernie discale ou un glissement de disque qui provoque une pression sur une racine nerveuse. C’est la cause la plus fréquente de la sciatique. Environ 1 à 5 % de la population américaine aura une hernie discale à un moment donné de sa vie. Les disques sont les coussinets d’amortissement entre chaque vertèbre de la colonne vertébrale. La pression exercée par les vertèbres peut provoquer un renflement (hernie) du centre en forme de gel d’un disque en raison d’une faiblesse de sa paroi externe. Lorsqu’une hernie discale touche une vertèbre dans le bas du dos, elle peut faire pression sur le nerf sciatique.

  • La discopathie dégénérative est l’usure naturelle des disques entre les vertèbres de la colonne vertébrale. L’usure des disques raccourcit leur hauteur et entraîne un rétrécissement des passages nerveux (sténose vertébrale). La sténose spinale peut pincer les racines du nerf sciatique lorsqu’elles quittent la colonne vertébrale.

  • La sténose spinale est un rétrécissement anormal du canal rachidien. Ce rétrécissement réduit l’espace disponible pour la moelle épinière et les nerfs.

  • Le spondylolisthésis est un glissement d’une vertèbre qui se trouve hors de l’alignement de celle qui la surplombe, rétrécissant ainsi l’ouverture par laquelle le nerf sort. L’extension de l’os vertébral peut pincer le nerf sciatique.

  • L’arthrose: Des éperons osseux (bords dentelés des os) peuvent se former dans les épines vieillissantes et comprimer les nerfs du bas du dos.

  • Lésion traumatique de la colonne lombaire ou du nerf sciatique.

  • Tumeurs dans le canal rachidien lombaire qui compriment le nerf sciatique.

  • Le syndrome du piriforme est une affection qui se développe lorsque le muscle piriforme, un petit muscle situé au fond des fesses, devient tendu ou a des spasmes. Cela peut exercer une pression sur le nerf sciatique et l’irriter. Le syndrome de Piriformis est une maladie neuromusculaire peu commune.

  • Le syndrome de la cauda equina est une maladie rare mais grave qui affecte le faisceau de nerfs à l’extrémité de la moelle épinière appelée cauda equina. Ce syndrome provoque des douleurs dans la jambe, un engourdissement autour de l’anus et une perte de contrôle des intestins et de la vessie.

 

6. Quels sont les symptômes de la sciatique ?

Les symptômes de la sciatique sont les suivants :

  • Douleur modérée à forte dans le bas du dos, les fesses et le long de la jambe.
  • Engourdissement ou faiblesse dans le bas du dos, les fesses, les jambes ou les pieds.
  • Douleur qui s’aggrave avec le mouvement, perte de mouvement.
    Sensation de « piqûres et d’aiguilles » dans les jambes, les orteils ou les pieds.
  • Perte de contrôle des intestins et de la vessie (due à la cauda equina).

 

7. Comment diagnostique-t-on la sciatique ?

Tout d’abord, votre prestataire de soins de santé examinera vos antécédents médicaux. Ensuite, il vous demandera quels sont vos symptômes.

Au cours de l’examen physique, on vous demandera de marcher afin que votre médecin puisse voir comment votre colonne vertébrale supporte votre poids. On vous demandera peut-être de marcher sur vos orteils et vos talons pour vérifier la force des muscles de vos mollets.

Ce dernier pourra également effectuer un test de surélévation des jambes. Pour ce test, vous serez allongé sur le dos avec les jambes. Ce dernier lèvera lentement chaque jambe et notera le point où commence votre douleur.

Ce test permet de localiser les nerfs affectés et de déterminer si l’un de vos disques présente un problème. On vous demandera également de faire d’autres étirements et mouvements pour localiser la douleur et vérifier la souplesse et la force des muscles.

En fonction de ce que votre prestataire de soins découvre lors de votre examen physique, des examens d’imagerie et d’autres tests peuvent être effectués. Il peut s’agir de:

  • Radiographie de la colonne vertébrale pour rechercher les fractures de la colonne, les problèmes de disques, les infections, les tumeurs et les éperons osseux.

  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) ou la tomographie assistée par ordinateur (CT) pour voir des images détaillées des os et des tissus mous du dos. Une IRM peut montrer une pression sur un nerf, une hernie discale et toute affection arthritique qui pourrait exercer une pression sur un nerf. Les IRM sont généralement demandées pour confirmer le diagnostic de la sciatique.

  • Études de la vitesse de conduction nerveuse / électromyographie pour examiner la façon dont les impulsions électriques traversent le nerf sciatique et la réponse des muscles.

  • Myélographie pour déterminer si une vertèbre ou un disque est à l’origine de la douleur.

 

8. Comment la sciatique est-elle traitée ?

L’objectif du traitement est de diminuer la douleur et d’augmenter la mobilité. Selon la cause, de nombreux cas de sciatique disparaissent au fil du temps grâce à de simples traitements d’autotraitèrent.

Les traitements en autosoins comprennent :

  • Appliquer de la glace et/ou des compresses chaudes : Tout d’abord, utilisez des blocs de glace pour réduire la douleur et les gonflements. Appliquez des blocs de glace ou un sac de légumes surgelés enveloppés dans une serviette sur la zone affectée. Appliquez pendant 20 minutes, plusieurs fois par jour. Passez à un coussin chauffant ou à une compresse chauffante après les premiers jours. Appliquez pendant 20 minutes à la fois. Si vous avez toujours mal, passez des compresses chaudes aux compresses froides, selon ce qui soulage le mieux votre douleur.

  • Prenez des médicaments en vente libre: Prenez des médicaments pour réduire la douleur, l’inflammation et les gonflements. Les nombreux médicaments en vente libre de cette catégorie, appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comprennent l’aspirine, l’ibuprofène (Advil®, Motrin®) et le naproxène (Naprosyn®, Aleve®). Soyez vigilant si vous choisissez de prendre de l’aspirine. L’aspirine peut provoquer des ulcères et des saignements chez certaines personnes. Si vous ne pouvez pas prendre d’AINS, vous pouvez prendre de l’acétaminophène (Tylenol®) à la place.

  • Effectuer de légers étirements: Apprenez les étirements appropriés auprès d’un instructeur ayant de l’expérience en matière de lombalgie. Faites d’autres exercices de renforcement général, de renforcement des muscles du tronc et d’aérobic.

 

 

9. Pendant combien de temps dois-je traiter ma sciatique avant de consulter un médecin ?

Chaque personne souffrant de douleur sciatique est différente. Le type de douleur peut être différent, l’intensité de la douleur est variante et la cause de la douleur peut l’être aussi.

Chez certains patients, un traitement plus agressif peut être essayé en premier lieu. Si au bout de six semaines de traitements comme l’utilisation de la glace, la chaleur, les étirements, les médicaments en vente libre n’a pas apporté de soulagement, il est temps de voir un professionnel de la santé et d’essayer d’autres options de traitement.

Les autres options de traitement comprennent :

  • Médicaments sur ordonnance: Votre médecin peut vous prescrire des relaxants musculaires, tels que la cyclobenzaprine (Amrix®, Flexeril®), pour soulager la gêne associée aux spasmes musculaires. D’autres médicaments ayant une action analgésique peuvent être essayés, notamment les antidépresseurs tricycliques et les médicaments contre les crises d’épilepsie. En fonction de votre niveau de douleur, des médicaments antidouleur sur ordonnance peuvent être utilisés au début de votre plan de traitement.

  • La thérapie physique: L’objectif de la physiothérapie est de trouver des mouvements d’exercice qui diminuent la sciatique en réduisant la pression sur le nerf. Un programme d’exercices doit comprendre des exercices d’étirement pour améliorer la souplesse musculaire et des exercices d’aérobic (comme la marche, la natation, l’aquagym). Votre médecin peut vous adresser à un kinésithérapeute qui travaillera avec vous pour personnaliser votre propre programme d’étirements et d’exercices d’aérobic et vous recommander d’autres exercices pour renforcer les muscles de votre dos, de votre abdomen et de vos jambes.

  • Injections vertébrales: Une injection d’un corticostéroïde, un médicament anti-inflammatoire, dans le bas du dos pourrait aider à réduire la douleur et le gonflement autour des racines nerveuses touchées. Les injections procurent un soulagement de courte durée (généralement jusqu’à trois mois) de la douleur et sont administrées sous anesthésie locale en traitement ambulatoire. Vous pouvez ressentir une certaine pression et une sensation de brûlure ou de picotement pendant l’injection. Demandez à votre médecin combien d’injections vous pouvez recevoir et quels sont les risques liés aux injections.

  • Thérapies alternatives: Les thérapies alternatives sont de plus en plus populaires et sont utilisées pour traiter et gérer toutes sortes de douleurs. Les méthodes alternatives pour améliorer la douleur sciatique comprennent la manipulation de la colonne vertébrale par un chiropracteur agréé, le yoga ou l’acupuncture. Le massage peut aider à soulager les spasmes musculaires qui accompagnent souvent la sciatique. Le biofeedback est une option pour aider à gérer la douleur et à soulager le stress.

 

10. Quand la chirurgie est-elle envisagée ?

La chirurgie de la colonne vertébrale n’est généralement pas recommandée, sauf si d’autres méthodes de traitement telles que les étirements et les médicaments n’ont pas amélioré votre état, si vos douleurs s’aggravent et vous souffrez de graves faiblesses musculaires au niveau de vos membres inférieurs ou si vous avez perdu le contrôle de votre vessie ou de vos intestins.

La date à laquelle une intervention chirurgicale sera envisagée dépend de la cause de votre sciatique. L’intervention chirurgicale est généralement envisagée dans l’année qui suit l’apparition des symptômes. Une douleur intense et persistante qui vous empêche de vous tenir debout ou de travailler et qui vous a fait hospitaliser nécessiterait un traitement plus agressif et un délai plus court avant l’intervention chirurgicale. La perte de contrôle de la vessie ou des intestins peut nécessiter une intervention chirurgicale d’urgence s’il est établi qu’il s’agit du syndrome équin de cauda.

L’objectif de la chirurgie de la colonne vertébrale en cas de douleur sciatique est de supprimer la pression sur les nerfs qui sont pincés et de s’assurer que la colonne vertébrale est stable.

Les options chirurgicales pour soulager la sciatique comprennent:

Microdiscectomie: il s’agit d’une procédure peu invasive utilisée pour retirer les fragments d’une hernie discale qui exercent une pression sur un nerf.

Laminectomie: cette procédure consiste à retirer la lamelle (partie de l’os vertébral ; le toit du canal rachidien) qui exerce une pression sur le nerf sciatique.

 

11. Peut-on prévenir la sciatique ?

Certaines sources de sciatique peuvent ne pas être évitables, comme la maladie dégénérative des disques, la sciatique due à une grossesse ou à des chutes accidentelles.

Bien qu’il ne soit pas possible de prévenir tous les cas de sciatique, les mesures suivantes peuvent vous aider à protéger votre dos et à réduire vos risques :

  • Maintenez une bonne posture: Suivre de bonnes techniques de posture lorsque vous êtes assis, debout, en train de soulever des objets et de dormir aide à soulager la pression dans le bas de votre dos. La douleur peut être un signe avant-coureur que vous n’êtes pas bien aligné. Si vous commencez à ressentir une douleur ou une raideur, ajustez votre posture.

  • Ne fumez pas: La nicotine réduit l’apport sanguin aux os. Elle affaiblit la colonne vertébrale et les disques vertébraux, ce qui augmente la tension sur la colonne et les disques et provoque des problèmes de dos et de colonne vertébrale.

  • Maintenez un poids sain: Un excès de poids et une mauvaise alimentation sont associés à une inflammation et à des douleurs dans tout le corps. Pour perdre du poids ou acquérir des habitudes alimentaires plus saines, renseignez-vous sur le régime méditerranéen. Plus vous vous rapprochez de votre poids idéal, moins vous sollicitez votre colonne vertébrale.

  • Faites de l’exercice régulièrement: L’exercice comprend des étirements pour garder vos articulations souples et des exercices pour renforcer votre noyau, les muscles du bas du dos et de l’abdomen. Ces muscles travaillent pour soutenir votre colonne vertébrale. De plus, ne restez pas assis pendant de longues périodes.

  • Choisissez les activités physiques les moins susceptibles de vous faire mal au dos: Envisagez des activités à faible impact telles que la natation, la marche, le yoga ou le tai-chi.

  • Protégez-vous contre les chutes: Portez des chaussures adaptées et évitez d’encombrer les escaliers et les allées afin de réduire les risques de chute. Assurez-vous que les pièces sont bien éclairées et qu’il y a des barres d’appui dans les salles de bain et des rails dans les escalier.

 

12. Conclusion

La plupart des cas de sciatique ne nécessitent pas de chirurgie. Il suffit généralement de prendre le temps de se soigner.

Toutefois, si de simples traitements d’autogestion ne soulagent pas votre douleur, consultez votre médecin. Ce dernier pourra confirmer la cause de votre douleur, vous suggérer d’autres options de traitement et/ou vous orienter vers d’autres spécialistes de la santé de la colonne vertébrale si nécessaire.

 

Listes chiropraticien

Sciatique traitement

Vous pouvez allez voir las autres articles:

 

Troubles musculo-squelettiques

 

Tests et accessoires

 

Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?
Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?
Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?
Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?
Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?
Sciatique traitement: Combien de temps dure une sciatique ?