Entorse des doigts: Quels traitements ?

L’entorse des doigts est le résultat d’une blessure de ligament causée généralement par un brusque mouvement plus ou moins violent. Ce mouvement, en effet, lorsqu’il est accompagné de la torsion d’une articulation, peut affecter les ligaments soutenant ladite articulation.

Elle sera qualifiée de bénigne lorsque l’intensité de la blessure sera faible, mais elle peut prendre des formes graves, allant jusqu’à l’enraidissement de l’articulation. Dans ces cas, l’articulation est très douloureuse, souvent même gonflée, et nécessite des mesures rapides pour la soulager. En cas d’entorse du doigt, ce dernier a tendance à se plier en sens inverse ou latéralement.

Cette flexion inhabituelle, en fonction de son intensité, peut entraîner la déchirure du ligament situé du côté face de la paume. Extrêmement fréquentes, les entorses aux articulations des doigts ont souvent cours dans le cadre d’activités physiques ou de loisirs impliquant un ballon.

C’est pourquoi les entorses des doigts sont très courantes chez les basketteurs et les handballeurs professionnels. Quelles dispositions prendre pour soulager les entorses au doigt ?

cherche

1. De quoi s’agit-il, entorse des doigts ?

L’entorse des doigts est très connue dans le monde des sportifs, en particulier dans le milieu des sports de ballon à main (handball, volley et basket surtout).

Elle survient également dans les sports de contact, lors d’un traumatisme ou simplement à l’occasion d’une chute avec une mauvaise réception sur la main.

Pouvant sembler effrayante, surtout dans les cas où le doigt est complètement plié à l’envers, elle est le résultat d’une déchirure du ligament.

Pour l’entorse des doigts, cette déchirure est causée par un allongement ou un trop grand étirement du ligament, bande unissant deux os l’un à l’autre, assurant ainsi leur stabilité. Une articulation n’ayant plus de ligaments est très instable et se déboite, voire se luxe très facilement.

lire

2. Quels sont les signes d’une entorse des doigts?

Tout juste après le choc, la personne blessée ressent une vive douleur sur la zone ayant reçu le choc. Cette douleur est accompagnée d’une incapacité du doigt à bouger ou même à se plier. On parle d’impotence fonctionnelle du doigt.

Selon l’ampleur du choc, une ecchymose légèrement bleutée, parfois violacée, survient souvent à l’avant de la paume et dans la zone de l’articulation meurtrie. Lorsqu’elle est bénigne, c’est-à-dire légère ou moyenne, l’entorse des doigts provoque une douleur au niveau de l’articulation.

Toutefois, cette articulation reste fonctionnelle, puisqu’il est possible de continuer à effectuer des mouvements de l’articulation concernée. Vous constaterez seulement un gonflement de l’articulation dès les premières heures qui suivent le choc, gonflement correspondant à la réaction due à l’étirement du ligament.

Par contre, lorsqu’elle est grave, l’entorse des doigts est le résultat d’une déchirure complète des ligaments. On parle de rupture des ligaments. Le ligament déchiré peut entraîner le détachement de l’os, emportant parfois quelques fragments. Vous ressentirez et parfois même entendrez généralement un craquement dans ces cas.

Dans les cas d’une entorse des doigts graves, la douleur est beaucoup plus intense et dure longtemps ; parfois, elle est permanente. Sur les instants suivant le choc occasionnant une entorse grave, il sera pratiquement impossible de faire bouger l’articulation endolorie. Aussi, en plus du gonflement, apparaitra-t-il très vite un hématome de couleur violacée.

mal de dos

3. Quel est le traitement dune entorse des doigts? (à l’exception du pouce)

Procéder à une chirurgie pour le traitement d’une entorse des doigts doit être le dernier recours, car cette opération est lourde et invasive.

En effet, l’opération chirurgicale pourrait avoir des conséquences négatives sur la mobilité de l’articulation. Il faudrait plutôt, en tout premier lieu, immobiliser l’articulation avec une attelle aux dimensions ajustées au doigt blessé durant une dizaine de jours.

L’attelle ne maintient ainsi que l’articulation en question, laissant le reste de la main capable de se mouvoir convenablement. Lorsque l’attelle est enlevée, le doigt endolori doit être attaché avec un des doigts voisins, c’est la syndactylie.

Cette dernière doit être maintenue encore pendant une dizaine de jours de façon permanente et durant un mois s’il y a reprise des activités physiques. Un traitement médicamenteux composé d’antalgique et d’anti-inflammatoire peut être prescrit en plus de l’application d’une source de froid.

En fonction de la gravité de l’entorse des doigts, il peut être suggéré l’arrêt temporaire de toute activité physique. La reprise de ces activités est subordonnée à une baisse significative de l’intensité des douleurs, et très souvent, il pourra vous être prescrit des séances de kinésithérapie.

observation

Ces séances auront pour but de vous aider à recouvrer plus rapidement la mobilité de l’articulation et la fonctionnalité du doigt. En général, la récupération totale de l’articulation peut prendre un trimestre. Si la kinésithérapie ne se montre pas vraiment efficace, vous pourrez commander auprès d’un orthésiste une orthèse de rappel élastique.

Cette orthèse aura pour rôle de s’étendre afin de maintenir l’articulation ouverte plusieurs fois par jour. Il est important de prendre assez vite en charge les entorses des doigts, au risque d’occasionner un enraidissement de l’articulation.

Principale complication des entorses, les enraidissements créent un blocage dans le mouvement normal de l’extension du doigt. De ce fait, l’articulation du doigt voit sa mobilité grandement réduite.

C’est la raison pour laquelle, en dépit des grandes douleurs ressenties, le doigt doit être replacé et immobilisé dès les tout premiers jours suivants le choc. Au-delà de 6 mois, l’enraidissement peut s’installer de façon permanente et résister à tout traitement, même la kinésithérapie et l’orthèse de rappel élastique. Il faudra alors réaliser une arthrolyse, opération visant à une libération articulaire.

L’arthrolyse doit forcément être accompagnée de trois mois de rééducation, au risque de voir une rechute de l’enraidissement.

idée

4. L’entorse du pouce ou le pouce du skieur

Le pouce est un doigt bien différent des autres en raison de sa position et de sa fonction. En effet, grâce à sa position opposable, le pouce offre la faculté à la main de se comporter comme une pince.

Cette capacité offre à la main une meilleure préhension sur les objets, facilitant ainsi les gestes quotidiens. Au cours d’une chute, le premier réflexe est de tendre la main vers le sol, paume ouverte, en vue d’amortir la chute.

Lorsque ce réflexe survient lors d’une chute de ski, votre pouce sera bloqué par la neige, tandis que la main et l’ensemble du corps continueront la chute. Ceci entraînera un étirement de l’articulation du pouce et risque même de rompre le ligament.

Ce risque concerne également d’autres cas comme les accidents domestiques ou les chutes de vélo, car il s’agit du même réflexe d’auto-défense.

I/ Comment distinguer une entorse bénigne d’une entorse grave ?

Il est très important de pouvoir distinguer une entorse des doigts bénigne d’une entorse grave, car cela déterminera le traitement adéquat à apporter pour soulager l’entorse.

Recherchez les signes révélateurs d’une entorse grave, car elle nécessitera une opération chirurgicale sur le ligament pour sa réparation. En effet, le ligament a une faible capacité de régénérescence, si bien qu’une fois détaché, il ne peut se rattacher au tissu que par une opération chirurgicale.

Cette propriété du ligament est appelée « effet Stener ». Pour la pallier, le chirurgien devra rechercher une laxité du pouce en le manipulant et en l’écartant de l’index. Par cette manipulation, il décèlera le siège du jeu anormal dans les cas d’une entorse des doigts grave.

Cette une technique assez pénible à réaliser à cause du gonflement de l’articulation et de la vive douleur qui sera ressentie lors de la manipulation du pouce. Aussi, pourrez-vous procéder à un second examen peu de jours après l’immobilisation du pouce pour écarter tout doute et confirmer le diagnostic.

rythme

II/ Quels sont les examens complémentaires utiles ?

Lors d’une entorse au pouce extrêmement douloureuse, il s’avère indispensable de procéder à une radiographie afin de s’assurer qu’il n’y a pas de fracture. Aussi, la radiographie permettra-t-elle de déterminer si la rupture du ligament n’a pas occasionné un arrachement osseux.

Par ailleurs, lorsqu’il sera difficile de déterminer l’ampleur d’une entorse des doigts, bénigne ou grave, vous pourrez demander une échographie. Conseillée pour les personnes hyperlaxes, l’échographie permettra de détecter l’effet Stener.

manager

III/ Quel est le traitement ?

Une entorse des doigts bénigne du pouce n’occasionne pas de laxité, et peut se traiter par l’immobilisation du pouce à l’aide d’un plâtre en résine ou d’une attelle. Le pouce devra rester immobile pendant un peu moins d’un mois, mais il faudrait laisser les autres doigts et le poignet libre de mouvement.

Les entorses graves, encore connues sous le terme de « laxité par rupture ligamentaire », doivent nécessairement être chirurgicalement opérées. Après le choc ou le traumatisme ayant causé une entorse des doigts, vous disposerez de moins d’une dizaine de jours pour faire suturer ou réinsérer le ligament. Après ce délai, le ligament rompu se rétractera, rendant pratiquement impossible sa réparation.

L’opération se déroule sous anesthésie du pouce uniquement, et vous resterez éveillé durant toute l’intervention. On dit que l’intervention se pratique sous anesthésie loco-régionale ambulatoire. À la suite de l’opération, le pouce doit rester immobilisé dans un plâtre en résine durant près d’un mois.

Puis, le patient suivra des séances chez un kinésithérapeute en vue d’une rééducation. Ces séances permettront au pouce de retrouver sa souplesse et sa mobilité.

Enfin, les activités physiques et certaines activités professionnelles lourdes doivent être strictement interdites pendant au moins trois mois.  

 

Vous pouvez allez voir las autres articles:

Troubles musculo-squelettiques

Tests et accessoires  

[ggiesshortcode]